samedi 27 février 2016

Plein air du Nord


Crocodile Dundee et son compagnon d'expédition, en pleine action sur la rivière Rupert, région Nord-du-Québec. C'était avant qu'on vienne harnacher cette rivière en eaux vives pour y faire des barrages d'Hydro-Québec dans le cadre du vaste projet NBR (Nottaway/Broadback/Rupert). Les gars ont descendu ces rivières alors qu'elles étaient encore à leur état « nature ». 


Chacune des expéditions sur les rivières du Nord avait son lot d'aventures, de moments grandioses et de difficultés. Quand ils se revoient et qu'ils s'en reparlent, ils revivent ces moments de grande intensité mais aussi d'amitiés indéfectibles. 


Si les expéditions sur les rivières du Nord étaient les plus spectaculaires, on en a fait d'autres aussi, comme dans le Parc de La Vérendrye, où les femmes et les enfants étaient admis et y trouvaient leur compte. 

Paddle for the North

C'est le titre du film documentaire extraordinaire qu'on a vu hier soir, au P'tit théâtre du Vieux Noranda. La première fois que j'ai entendu parler de ce film qui nous amène voir les beautés du Nord en canot, c'était par la plume de notre amie Fitzsou dont le fils, Alexandre Deschênes-Dénommé, fait partie de l'aventure avec un autre Abitibien d'origine, Gabriel Rivest, ainsi que 4 autres gars qui avaient à coeur de capter des moments inoubliables, partager cette aventure et leurs convictions avec le plus de gens possible. Mission accomplie pour eux, on a été touchés, comme le sont probablement tous ceux qui ont vu ou verront le film prochainement. 

Pour en savoir plus et voir la bande-annonce, on peut lire ce reportage :  

http://ici.radio-canada.ca/regions/abitibi/2016/02/26/002-paddle-north-documentaire.shtml

Dans la salle bondée hier soir, on a ajouté des chaises jusqu'au bord de la porte et même retardé un peu le début de la projection tellement il y avait une foule avide de tout voir et de tout savoir. En Abitibi, on est amoureux du Nord et ce n'est pas d'hier. On est friand d'aventures aussi. On a des préoccupations environnementales et sociales qui rejoignent celles des six aventuriers du film. Autrement dit, on était en famille ici hier soir. D'ailleurs, les parents de Alexandre (notre amie Fitzsou) ainsi que ceux de Gabriel étaient dans la salle, on les a salués à quelques reprises et remercié pour leur support et leur aide à chaque étape du projet. 

La discussion et l'échange qui ont eu lieu après la projection avaient autant d'importance et d'intérêt que le film qui nous avait éblouis. Public ému, attentif, conquis et fier de ses deux Abitibiens d'origine qui nous représentaient si bien de par le monde. Parce que ce film voyagera dans le monde, j'en suis convaincue. Il est déjà dans la programmation de 4 festivals de films et ce n'est pas fini. 

On sait que chaque film a une carrière. Celui-là en aura toute une, je vous le prédis. Paddle for the North, en fin de carrière, sera sûrement diffusé à la télévision, il a le format pour ça, et c'est ce que je souhaite au film pour qu'il touche et sensibilise plus de gens aux merveilles du Nord, qu'il ouvre nos yeux et nos coeurs à ces beautés et surtout au développement des ressources qui sache tenir compte de l'environnement et des populations qui habitent ces territoires depuis des millénaires. 

Crocodile Dundee et plusieurs de nos amis qui étaient présents hier soir pensent comme moi, je ne suis pas la seule à être emballée de même. Depuis ce temps, on parle de canot et on se remémore toutes sortes d'affaires vécues sur toutes les rivières qu'on a fréquentées. Crocodile Dundee, au déjeuner et au dîner, m'en a conté des bouts inédits que j'avais jamais su... On aurait dit que cette soirée avait réveillé tous ses souvenirs. 

Encore ce soir, au souper d'amis qui nous rassemblera au lac Dufault, notre ancien patelin, je suis certaine qu'il sera question d'expéditions de canot, celles qu'on a vécues jadis et celles qu'on voudrait revivre... avec nos petits-enfants! 

Semaine de relâche


Faire un feu dehors à la brunante et y faire griller des guimauves... On l'a fait l'an dernier et on s'apprête à le refaire encore puisqu'on part demain matin jusqu'à mercredi à Rapide Deux pour un séjour de plein air avec les enfants, petits-enfants et même les beaux-parents de notre fille qui sont nos amis depuis que nos enfants sont mariés. On sera huit en tout. 


C'est pas chic, c'est pas grand mais c'est le bonheur, à l'intérieur du camp Fra-Gilles qui sera notre camp de base pendant notre séjour là-bas. 


Mais un couple parmi nous ira dormir au P'tit château, à 2 km du camp Fra-Gilles, parce que sinon, on serait trop tassés. Pour la journée, un camp, c'est correct, on mange tous ensemble et la plupart du temps on est dehors. Ici, nous sommes au P'tit château avec Guy et Nicole, les beaux-parents de notre fille. On est tellement plus que des amis, on est devenus de la parenté, on a les mêmes petites-filles qu'on adore! 


Toujours avec Guy et Nicole au camp Fra-Gilles l'automne dernier. On était allés cueillir des canneberges sauvages. On dit que bébé Blanche me ressemble et ça se peut fort bien mais moi je trouve qu'elle ressemble aussi à sa mamie Nicole. En fait, Blanche ressemble à ses deux mamies! 


Au P'tit château, à la fin de l'été dernier. Félixe suivrait Papi au bout du monde. Et comme ça se peut qu'on aille dormir là, Crocodile Dundee et moi, ça ne m'étonnerait pas du tout que Félixe veuille venir avec nous. Elle a déjà annoncé ses couleurs. Elle veut dormir avec nous et manger des toasts au Nutella pour déjeuner avant qu'on aille rejoindre les autres à l'autre campe. 

Donc

Je serai absente quelques jours. En fait, comme je vous disais tout à l'heure, nous partons demain matin. Mais vous savez comme j'ai grand plaisir à jaser avec vous autres quand vous me laissez des commentaires? Je vous retrouverai avec bonheur mercredi en fin de journée.  

À bientôt!


11 commentaires:

modotcom a dit…

bonne relâche bella! xxx

Solange a dit…

Je vous souhaite beaucoup de plaisir, c'est la relâche pour moi aussi alors je garde.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

J'envie tes séjours dans le bois...
Ton texte est très juste. Je suis contente que le film vous ait plu.
Bon repos sylvestre! ;-)

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

p.s. j'accueille présentement chez-moi, le réalisateur de "Paddle for the North". Genre de "couch surfer"... Pour une nuit, le Temps qu'il reparte mercredi matin, vers une autre présentation du film à Montréal...
Ça va me faire pratiquer mon anglais pas à peu près!!!!...

Zoreilles a dit…

@ Modotcom : Merci et jusqu'à date, c'est le bonheur total en cette semaine de relâche. Pas reposant mais merveilleux quand même. Nous sommes revenus hier en fin de journée, la tête et le cœur remplis de belles images!

Zoreilles a dit…

@ Solange : Dans plusieurs familles, c'est la nouvelle règle, les grands-parents prennent la relève pendant la semaine de relâche. Nos enfants et nos petits-enfants ne peuvent plus se passer de nous, hahaha!

Non mais on en convient, c'est un grand investissement de notre part mais la récolte vaut bien tout ce qu'on a semé et tout ce qu'on sème encore. Que veux-tu Solange, on s'aime et on sème!!!

J'espère que tu passes du bon temps toi aussi avec les tiens. Bisous xx

Zoreilles a dit…

@ Fitzsou : Tu aurais envié ce séjour-là particulièrement... On était 8, vive la proximité! On n'est pas habitués à ça tant que ça dans nos grandes maisons, tu sais, on se sentait comme des autochtones mais nous, ce n'était que pour 4 jours, on est chanceux de pouvoir vivre ça! Crocodile Dundee le dit souvent et là encore, on le répétait comme un running gag : « À force de manquer de toutttt, on manque de rien! » et tout était prétexte à rire et à s'amuser. On avait en masse de bras de parents et de grands-parents pour les petites, les repas, la vaisselle, charroyer l'eau de source, passer le balai, faire du feu, rentrer le bois. On a même eu le temps de faire de la raquette, de la marche dans les sentiers, regardé les étoiles le soir en s'en retournant au camp Fra-Gilles, veillé au feu dehors pendant que les petites s'endormaient en dedans, etc.

Bref, pas reposant mais merveilleux, c'est mon constat. En prime, ma très grosse grippe prend du mieux.

Le réalisateur Simon, que tu m'as présenté avant la projection du film, me semble aussi sympathique que le reste de l'équipage des 6 aventuriers. Évidemment, j'ai eu un petit coup de cœur spécial pour ton fils, c'était prévisible! Gabriel Rivest a un charisme qui crève l'écran mais là encore, j'ai toujours eu un petit faible pour les petits Rivest!!!

Oui, comme tu as pu le lire, on a tous adoré le film et les valeurs qui y étaient présentes, ça nous rejoint et ça nous parle beaucoup.

Le factotum a dit…

Je vois que tu as apprécié ton séjour en compagnie de parents et amis.
Nous ne sommes jamais rassasiés de ces expériences extraordinaires.
Soigne bien ta grippe. Je te vole un bisou lors de notre prochaine rencontre.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Ah oui, tellement, j'ai tellement apprécié ces quatre jours qui laisseront des traces dans le cœur de tous ceux qui y étaient!

Je me soigne bien, t'en fais pas, mais cette grippe est très méchante, elle ne finit plus de finir... La prochaine fois qu'on se rencontre, je ne serai pas avare de mes câlins, tu peux me croire!

J'ai été ravie de vous revoir, Ipso et Facto, ce dîner est passé trop vite...

Une femme libre a dit…

Tu n'as vraiment pas une vie ordinaire. Je suis impressionnée! Et tu es mariée à un coureur des bois qui n'hésite pas à sauter les rapides les plus dangereux! Photos magnifiques intemporelles.

Zoreilles a dit…

@ Une femme libre : Oui, j'ai une vie très ordinaire, moi je trouve! La vie d'une fille des régions, mariée à un coureur des bois dans ses temps libres, menuisier pour gagner sa vie, amoureuse autant que lui de la nature et de la simplicité, tout le reste tourne autour de ça!

C'est vrai que mon homme, c'est un aventurier. Dans la nature, il n'a peur de rien, c'est l'univers où il est à l'aise, totalement chez lui, mais il n'est jamais téméraire, il sait que la nature est la plus forte. En fait, il aurait fait un parfait célibataire mais j'étais sur sa route et j'aimais la liberté autant que lui. On a fait équipe... depuis 40 ans cette année!

Aujourd'hui, nos expéditions et aventures sont moins spectaculaires, on s'ajuste aux plus petits, mais ça n'empêche pas qu'on continue de vivre nos passions quand même.